Close
    Search for HOT projects, news, and people.
News — 02 August, 2014

Project in Malawi starts in the field!

C'est un vrai plaisir pour moi de retourner au Malawi après une courte visite d'une semaine dernière l'année ! J'etais venu en tant que membre volontaire d'une Mission Technique de Conseil UNSPIDER qui visait à promouvoir l'utilisation de données spatiales ouvertes pour la gestion de crises et conseiller le gouvernement local et les acteurs locaux pour en faire un meilleur usage. Lilongwe est environ à 1000 m d'altitude, donc n'est pas aussi chaude que peuvent l'être d'autres endroits à la même latitude (et en fait les nuits sont même plutôt frisquettes) et les gens sont vraiment gentils. Je n'avais pas eu l'opportunité d'aller en dehors de Lilongwe lors de mon premier passage, mais cette fois, avec l'équipe, nous descendrons jusqu'aux confins Sud du pays pour cartographier des zones inondables où les hippopotames et les crocodiles sont plutôt communs, de même que les moustiques. Quelle que soit la taille de l'animal, nous ferons de notre mieux pour ne pas nous faire mordre ou piquer, dans la mesure où nous ne pouvons pas espérer qu'ils soient nécessairement tous fans d'OSM. Le but de la mission (voir la page projet) est vraiment excitant, et nous espérons bâtir dans le pays un large "écosystème" OSM  qui sera capable de faire progresser la carte et maintenir le contact avec la communauté mondiale en ligne. Le projet devrait aussi permettre aux communautés locales des zones inondables d'être capables de communiquer avec des Field Papers, à l'exemple de ce qui a été fait précédemment à Walikale ou Lubumbashi. Des mobilisateurs communautaires locaux seront identifiés et introduits à la communauté mondiale ; ils seront en charge de faire le lien avec le terrain grâce à l'équipement que nous leur fournirons.

Je suis arrivé mardi 29 depuis Washington DC dans la foulée du meeting du Conseil d'Administration de HOT, via Addis-Abeba (dans le même avion que Claire qui rentrait chez elle en RDC), mais évidemment, cette première semaine de déploiement n'est pas le point de départ du projet : il est toujours nécessaire de préparer activement à l'avance. Kate, Maning, Emir, Kristen et moi avons travaillé depuis quelques semaines avec le responsable local de gestion des crises de la Banque Mondiale et point focal de GFDRR, qui finance le projet. Tâches adminstratives, santé, logistique, matériaux de formation, points d'actions, etc. ont été discutés et mis en place. La dernière chose que j'ai faite avant de partir de DC a été de ranger l'équipement dans deux malles que nous aurons pendant tout le projet, à la fois pour la formation et la collecte de données. Nous laisserons tout cela sur place à la fin du projet, afin qu'il y ait, dans chacun des deux districts où nous allons particulièrement, un ensemble minimal afin que la cartographie puisse poursuivre après notre départ. C'était la première fois que je devais remplir des Pelican cases remplies de mousse prédécoupée, j'ai pris le temps pour que les objets s'y rangent le mieux possible, et le résultat semble concluant. J'ai pris des photos pour documenter les trois niveaux de mousse pour que quiconque (moi inclus) ayant besoin de faire cela puisse le répliquer facilement.

Une fois à Lilongwe et installé dans un hôtel simple, bon marché-mais-encore-tout-à-fait-agréable-et-sûr, j'ai eu un ensemble de rendez-vous avec différents acteurs au Malawi, essentiellement des départements dépendant de plusieurs ministères : Département des Enquêtes (celui qui dispose le plus de capacités SIG et supporte les autres départements pour leurs besoins d'analyses et de cartes), de la Gestion de Crise (appelé DODMA), d'Aménagement urbain et physique, des Ressources en Eau, des Récoltes et de la Conservation des ressources naturelles. En ce qui concerne les organisations internationales, COOPI (engagée dans des projets de prévention des crises) et le PAM - Programme Alimentaire Mondial ont aussi été rencontrés, et un de leurs staffs devrait être formé la semaine prochaine avec ceux des départements du gouvernement. J'ai adapté ma présentation à la fois au temps disponible et aux sujets d'intérêts des différentes audiences, et les discussions qui ont suivi se sont axées sur la formation et la cartographie à venir. Avec les différents départements, nous avons spécialement abordé les Map Features et leurs attributs, afin que cette cartographie sur le terrain serve vraiment leurs besoins, et permette également d'obtenir leur retour sur nos presets DDM (Humanitarian and Development Data Model). De ces discussions, il en sort que certains objets à cartographier doivent être mieux distingués ou un peu plus détaillés, en ce qui concerne certains aspects liés à l'eau, l'habitat ou les récoltes ; ils ne sont d'ailleurs pas spéficiquement liés avec le contexte du Malawi. J'en ferai part prochainement à la liste de diffusion hot afin que nous puissions faire évoluer les presets pour répondre à ces besoins.


Identifier les AOIs (acronyme anglais pour Aires d'Intérêt) à cartographier était également un enjeu important, et a fait l'objet hier d'une session de travail particulière avec DoDMa et le Départment des Enquêtes pour déterminer les zones habitées les plus affectées par les inondations. Cela nous permettra de démarrer un job du Tasking Manager (je vais le créer ce week-end) pour les deux territoires des Autorités Traditionnelles (qui s'avèrent adjacentes) identifiées au terme de ce processus. Cela permettra à la communauté mondiale des contributeurs (le "crowd") de commencer la cartographie des bâtiments, nous permettant d'arriver sur place dans deux semaines avec des Field Papers détaillés !

Il est temps pour moi de me rendre à l'aéroport pour accueillir et ramener Maning, qui vient des Philippines après un long voyage à travers Bangkok et Nairobi. Je suis impatient de parler avec lui de cette semaine, de la suivante, de sa mission liée à la connexion entre OSM et Geonode (la plate-forme IDS sur laquelle s'appuie MASDAP), la recherche de donnée existante qui pourrait être utile pour OSM, ainsi que la participation aux formations et le démarrage de la cartographie communautaire !